HISTOIRE DE ROYAL ENFIELD en images

Histoire de Royal Enfield, la marque de moto la plus ancienne au monde toujours en activité.

Entre parenthèses… laquelle dit mieux ?…

Tu quoque Enfieldi mii

I promise you blood, sweat, tears and an Enfield

Ich bin ein Enfielder

Du haut de cette moto, 120 ans vous contemplent.

Royal Enfield, l’Ancienne moderne, l’Ancienne de demain…

Petit film sur l’Histoire de Royal Enfield (cliquez sur l’image).

Un autre film, qui, on ne vous le cache pas, nous a beaucoup ému (cliquez sur l’image).

Histoire de la marque en quelques planches (cliquez sur l’image)

Au milieu du 19ème siècle en Angleterre, la fabrique de George Townsend & Co. ouvre ses portes dans le petit village de Hunt End, près de la ville de Redditch dans le Worcestershire. Elle produit sa première moto en 1901. En 1955 la maison mère anglaise construit une usine satellite à Madras pour répondre à la demande de l´armée Indienne. L´usine anglaise ferme en 1970 et l’Indienne continue à fabriquer le modèle Bullet.

En 1994, Royal Enfield fusionne avec le Motoriste Eicher Group qui est l´un des groupes de pointe dans l´automobile avec des intérêts diversifiés dans la fabrications des camions avec Volvo, de tracteurs, de véhicules commerciaux, de pièces automobiles. La Compagnie fait de considérables investissements pour moderniser sa technologie de fabrication et ses systèmes (première société indienne à obtenir le WVTA « Whole Vehicle Type Approval »).

En 2006, Royal Enfield définit le nouveau moteur qui répond aux normes drastiques EURO 3. Il conserve le même alésage et la même course ainsi que ses culbuteurs pour conserver les caractéristiques des monocylindres longue course culbutés. Les améliorations les plus marquantes sont l’injection électronique, un carter moteur humide unique avec boîte de vitesse intégrée et l’allumage électronique. Résultat : sensation de piloter une ancienne sans avoir à mécaniquer.

Allez, on reprend plus en détail…

1851 : création à Redditch dans le Worcestershire de la « George Townsend & Co », société spécialisée dans les aiguilles de machines à coudre et les hameçons.

1880 : construction de bicyclettes.

1890 : Albert Eadie reprend la « Georges Townsend & co limited ». Rapprochement avec la «Royal Small Arms Factory» d’Enfield en lui fournissant des pièces pour des armes de poing.

1893 : cette association débouche sur la production par la nouvelle « Enfield Manufacturing Co Ltd » d’une bicyclette estampillée « Enfield ». Contrat de construction d’armes légères pour le gouvernement anglais qui permet d’ajouter « Royal » au nom de la société. D’où le slogan « Made like a gun, runs like a bullet » (« Construite comme un fusil, file comme une balle »).

1896 : construction de pièces pour BSA.

1898 : production d’un « quadricycle » équipé d’un moteur De Dion-Bouton.

1901 : première motocyclette avec moteur Minerva placé sur la roue avant.

1903 : première moto à moteur central.

1910 : première moto twin avec moteur en « V ».

1933 : naissance du premier modèle « Bullet ».

1945 : premières fourches télescopiques.

1948 : prototype de l’actuelle Bullet avec échappement de type « trial ».

1955 : création de la succursale « Enfield India Ltd » en Inde.

30 janvier 1969 : dernier concert des Beatles « rooftop concert ».

1971 : fermeture de l’usine anglaise de Redditch, transfert définitif de l’usine en Inde.

1979 : début de l’exportation vers l’Europe.

1992 : création de notre sarl Tekmacom (peu importe).

1994 : rachat d’ »Enfield India Ltd » par un grand groupe industriel international, le motoriste Eicher.

2007 : fin des Bullet fonte à l’export.

2008 : nouveau modèle EFI, à injection électronique (normes européennes Euro3).

2013 : sortie de la Contiental GT 535cc. Nous avons le privilège d’avoir la n°64 (comme notre département, après on aimerait bien un département basque, mais bon, en attendant….).

2014 : Royal Enfield vend plus de motos que Harley Davidson.

Actuellement, l’usine « Royal Enfield Motors Ltd. » est l’une des plus importantes du pays en industrie mécanique. Elle développe son activité dans trois localités de l’état indien du Tamil-Nadu : Madras, siège principal de l’établissement, Anakaraipatti et Ranipat.

Appartenant désormais au grand groupe motoriste Eicher, Royal Enfield connait un renouveau sans précédent.

Affiche que nous avions réalisée en 2009. Depuis, il s’est en passé des événements pour la marque. L’arrivée des EFI, la Continental GT… L’histoire continue, et de plus belle ! Elle s’accélère même. Ostia !

ROYAL ENFIELD, toute une gamme mais aussi toute une philosophie.
La gamme des motos ROYAL ENFIELD est des plus simples, à l’image de son gros monocylindre 500 cm3, alliant solidité et robustesse. On pourrait même dire qu’il s’agit d’une seule et même moto : la légendaire BULLET dans une version moderne.
En effet, si le nouveau moteur aluminium à injection aux normes Euros III antipollution est plus économique et gagne en puissance, il est actuellement celui qui reste le plusauthentique et fidèle à celui des classiques motos britanniques d’antan.
L’emblématique « gromono » et la course du piston de 9 cm à l’intérieur du cylindre permettent de générer le fameux et puissant couple dans les plus bas régimes (35 Nm à 3000 t/mn). Rouler en Royal Enfield c’est adhérer à une certaine philosophie hédoniste, basée sur la tranquillité et le plaisir. Quel bonheur de rouler sur les routes de campagne avec cette motorisation « à l’anglaise » et sa longue course ! Passer les vitesses à bas régime, puis jouer sur le couple, sans rétrograder… Essayez (nous sommes là pour ça), et vous verrez !
Pour toutes ces raisons, nous pensons que Royal Enfield incarne au mieux l’esprit des mythiques motos anglaises. Alors… sempiternel débat… motos anglaises ou motos indiennes? En reprenant la notion de personnage conceptuel du philosophe Gilles DELEUZE, on pourrait dire, qu’à l’image du personnage conceptuel de BD Phillip MORTIMER, les Royal Enfield actuelles sont des anglaises nées en Inde.
Comme vous pourrez le constater par vous-même, il se dégage de ces motos un charme très particulier, emprunt à la fois de chic, « so british », d’authenticité et de simplicité.
Indéniablement, les Royal Enfield sont trempées d’un solide métal, issu du rare et savant alliage de tradition et de modernité.

Assez de mots !!!! Place à la plastique incomparable d’emblématiques Royal Enfield (il en manque, nous complétons).

Ah.. la Flying Flea, « la puce volante »… toute une histoire dans l’Histoire… Embarquée dans les planeurs alliés la nuit du Débarquement en raison de son mini gabarit. Une 125 cc, la « RE » en version civile. Il se dit que Royal Enfield a mis plus de temps à concevoir la cage de protection que la moto elle-même.

Modèle G 1933-55, Mono 346cc, 119 Km/h.

Bullet G2 1949-1962, Mono 346cc,119 Km/h.

500 Twin 1948-58, Twin 496cc, 1948-58, 137 Km/h.

Clipper 1953-57, monocylindre 248cc,100 km/h.

Clipper II 1958-1965, Mono 248cc et 346 cc, 100 km/h.

Crusader 1956-66, Mono 248cc, 125km/h.

Meteor 1953-1955, Twin 698cc, 160 Km/h.

TWIN… Les Twins Royal Enfield…magiques ! Météor, Super Méréor, Constellation (petit faible pour la Constellation), Interceptor (pas mal non plus…), ça c’est du Twin !!! A quand une réedition d’un Twin Enfield… bientôt peut-être…qui sait ? Une néo-Constellation please…merci. Et vite !

Super Meteor 1956-1963, Twin 698cc, 170 Km/h.

Constellation 1959-1963, Twin 692cc, 169 Km/h.

Turbo Twin 1964-66, Twin Villiers 249cc, 112 Km/h.

Continental 1962-67, Mono 248cc, 128 Km/h.

Interceptor MkI 1962-68, Twin 736cc, 177 Km/h.

Interceptor MkII 1969-70, Twin 736cc, 187 Km/h.

Rickman Interceptor 1971, Twin 736cc, cadre Mettise, 180 Km/h.

Retour à la page « Les Motos Royal Enfield »

Retour à la page « Photos Galerie Royal Enfield »

Retour à la page d’Accueil

Royal Enfield Pays Basque - Sarl Tekmacom, depuis 1992
Centre Innova, 161 rue Belharra, ZI Jalday2, 64500 St Jean de Luz
Tél : 05 24 33 57 30 - 05 59 26 77 77
Le magasin est ouvert du mardi au samedi inclus.
Courriel : tekmacom@wanadoo.fr
Site web : www.royalenfield-paysbasque.com
Retrouvez-nous sur FACEBOOK
Tekmacom – sarl au capital de 22500 € – RCS 388 359 994

Le commentaires sont fermés.